Le val de fer

Voir aussi dans partenaire Association Quartier du Val de Fer (AQVF)

Nom d'abord d'un lieu, ce quartier semblerait donc historiquement être un quartier où l'on exploitait par le passé le fer. les reconstitutions de ce passé, lors des fêtes du fer, nous replongent donc réellement dans ce qu'était ce lieu, avant les temps industriels. C'est aussi le nom de la première concession, obtenue par décret le 23 avril 1874, qui englobait dans un arc de cercle le carreau actuel de la mine. C'est aussi le nom de la mine, du carreau, dans le langage courant néodomien. Dans le regroupement des concessiosn définitif de 1901/1906, la mine deviendra celle de Maron/Val de Fer. 

Paradoxalement, le quartier en dessous du carreau mettra du temps à être investit par les patrons. Peut être est-ce la résultante des conflits qui retardèrent les expropriations nécessaires à la création du chemin du coucou (chemin de fer de la mine à l'usine). En tout cas, les premières cités furent construites à Chaligny, qui existent encore aujourd'hui, dans le sens de la montée vers le carreau de la mine (cf marche nocturne dans l'agenda). Seules furent construites des maisons d'ingénieurs (ils en restent quelques unes au début de la rue Salvador allende) et les grands bureaux (bâtiment à gauche, dans le virage en haut de la rue du Val de Fer), avant que , dans les années 1950/60, on investisse la colline, par la construction des castors (maisons construites collectivement, avec des plans et des matériaux de l'usine) (allées des bégonias, roses, muguets, violettes... puis des lotissements des années 60 à 2000. A noter que les chemins et escaliers permettent de déambuler à pied entre la rue Jean Jaurès et la rue allende. C'est au moment où le quartier se développait véritablement que fût annoncé la fermeture de la mine en 1966, effective à Noel 1968. D'un quartier industriel, entre mine et usine, bordé au nord d'un train rempli de minerai, ce quartier devint résidentiel, mélangé encore aujourd'hui d'anciens de la mine et/ou de l'usine, et de jeunes couples travaillant plutôt vers Nancy (Brabois est à cinq minute en voiture). La réhabilitation su site de la mine du Val de fer depuis quatre ans, permet aux habitants d'en faire un lieu de promenade agréable, bénéficiant d'une vue splendide que le Saintois et l'agglomération de Neuves-Maisons, et entouré des magnifiques forêts de Chaligny, Chavigny et Neuves-Maisons, ainsi que de la domaniale de la Forêt de Hayes. 

Imprimer E-mail

Un minerai légendaire

du minerai au microscope

La minette lorraine, ou petit minerai, appelé comme cela du fait d'un pourcentage en fer assez faible, est entrée dans la légende des hommes du fer, de part la taille du gisement lorrain, qui, des contreforts de Pont Saint Vincent aux gisements à ciel ouvert du no-mans-land entre Hussigny et le Luxembourg, en fait le second gisement après celui des grands lacs au 19ème siècle. Ce minerai a été exploité dès la proto-histoire (camp d'AFFRIQUE sur les contreforts de Messein, au dessus de Neuves-Maisons), il y a 2500 ans, jusqu'à une période récente. Dans sa phase industrielle, son exploitation à permis l'ouverture de dizaines de mines, dans le bassin autour de Nancy, dans le bassin de Briey, celui de Longwy, et le long des coteaux de Moselle. De cette minette, qui s'est constitué dans sa gange calcaire il y a 170 millions d'années, ont été tiré des milliers de millions de tonnes de fonte et d'acier, dont le fer puddlé de la Tour Eiffel. C'est à la découverte de ce minerai que nous vous invitons.

Imprimer E-mail

Merci de votre visite

0.png0.png2.png2.png0.png1.png4.png
Aujourd'hui72
Hier69
Cette semaine141
Ce mois-ci1736
Total22014